22 Juillet 2019, trois ans après la disparition forcée de Jean BIGIRIMANA journaliste du groupe de presse IWACU, la CBBDH dénonce le déni de justice résultant de l’inertie de l’appareil judiciaire dans le traitement de l’affaire et exprime sa sympathie à sa famille. Elle encourage les journalistes et les DDH à persister dans la demande de la vérité sur sa disparition.

Pour plus de détails, Télécharger ici la déclaration