Le mois de février 2019 a été marqué par une cascade d’attaques par de fausses accusations et campagnes de diabolisation aux organisations de défense des droits de l’homme et à certains media par les autorités du Burundi. Durant cette période, le Bureau du Haut-Commissaire des Droits de l’Homme « OHCDH » au Burundi a officiellement fermé ses portes après que le Gouvernement l’y ait forcé depuis le 15 décembre 2018. Notons également que le délai de réenregistrement des ONGE a expiré le 15 février.

Pour plus de détails, Télécharger ici le rapport