adminy

Accueil/CBDDH

À propos de CBDDH

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent CBDDH a créé 34 entrées de blog.

RAPPORT SUR LA SITUATION DES DDH AU BURUNDI MOIS DE FEVRIER 2019

Le mois de février 2019 a été marqué par une cascade d’attaques par de fausses accusations et campagnes de diabolisation aux organisations de défense des droits de l’homme et à certains media par les autorités du Burundi. Durant cette période, le Bureau du Haut-Commissaire des Droits de l’Homme « OHCDH » au Burundi a officiellement fermé ses portes après que le Gouvernement l’y ait forcé depuis le 15 décembre 2018. Notons également que le délai de réenregistrement des ONGE a expiré le 15 février.

Pour plus de détails, Télécharger ici le rapport

RAPPORT SUR LA SITUATION DES DDH AU BURUNDI MOIS DE JANVIER 2019

Le mois de janvier 2019 a été caractérisé par l’affaire juridique opposant le Président Pierre Nkurunziza à l’Avocat belge Bernard Maingain, l’écrivain burundais résident en France, David Gakunzi et la chaîne de télévision France 3. Le mois a été aussi marqué par la déstabilisation du fonctionnement des Organisations Non-Gouvernementales Etrangères (ONGE) dont 2 ont décidé de suspendre leurs activités au Burundi.

Pour plus de détails, Télécharger ici le rapport

COMMEMORATION DU QUATRIEME ANNIVERSAIRE DU DEBUT DE LA LUTTE POUR LA LEGALITE CONSTITUTIONNELLE

Les organisations de la société civile saluent la bravoure, l’abnégation, la solidarité et la détermination des burundais épris de paix, de l’Etat de droit et de la liberté. Elles rendent particulièrement hommage à ces femmes, aux filles et aux jeunes qui ont bravé le gaz lacrymogène et les balles réelles pour défendre la patrie.

Elles expriment leur sympathie et leur solidarité aux victimes et aux familles des disparus.

 

Pour plus de détails, Télécharger ici la déclaration

DECLARATION LORS DE LA 10ème COMMEMORATION DE L’ASSASSINAT DE ERNEST MANIRUMVA

Une décennie de déni de justice pour un homme qui a sacrifié sa vie en défendant les droits humains;

La coalition déplore que, malgré les enquêtes menées depuis 10 ans par les trois commissions mises en place par le Ministère de la justice et le FBI américain, la justice burundaise s’est refusée d’instruire le dossier pour que la vérité soit connue dans cette affaire.

La coalition condamne les vices de procédure qui ont émaillé ce dossier.

Pour plus de détails, Télécharger ici la déclaration.