Actualités

Accueil/Actualités/

Déclaration à l’occasion de la 5ème commémoration de l’assassinat du journaliste Christophe NKEZABAHIZI

Ce 13 octobre 2020, cinq ans viennent de s’écouler depuis que l’hécatombe s’est produite au quartier 3 de la zone urbaine de Ngagara, en Mairie de Bujumbura, où M. Christophe NKEZABAHIZI, alors cameraman à la Radiotélévision Nationale du Burundi « RTNB » a été lâchement assassiné avec toute sa famille. Cinq ans de mensonges et de justice travestie par l’exécutif burundais qui prend en otage le système judiciaire depuis des décennies.

La Coalition Burundaise des Défenseurs des Droits de l’Homme « CBDDH » condamne avec véhémence le manque d’indépendance de la justice qui consacre l’impunité des crimes graves à l’instar de l’assassinat du journaliste Christophe NKEZABAHIZI et de tous les membres de sa famille.

Pour plus de détails, Télécharger ici la déclaration

RAPPORT CONJOINT DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE AU TERME DES 100 JOURS

Le nouveau président burundais, le Général Major Evariste Ndayishimiye, a été investi à la présidence de la République le 18 juin 2020 pour un mandat de 7 ans. Le triple scrutin présidentiel, législatif et communal du 20 mai 2020, a été émaillé de beaucoup de violences et d’irrégularités électorales qui ont été dénoncées notamment par les partis politiques de l’opposition, les organisations de la société civile burundaise et l’Eglise catholique. Compte tenu de ce changement de visage à la tête du pays, beaucoup de burundais avaient misé sur la capacité du nouveau président de pouvoir sortir finalement le Burundi de la crise socio-politique et économique engendrée par l’entêtement de son prédécesseur à s’éterniser au pouvoir, en résistant notamment à l’influence du cercle de généraux influents qui entouraient le président sortant. Cependant, ils n’ont pas attendu longtemps pour déchanter.

Au terme des 100 premiers jours du régime du président Evariste Ndayishimiye, le constat général dans tous les domaines de la vie nationale est que la situation du pays a régressé alors que le nouveau président avait sur lui tous les moyens de redresser la nation et garantir le bien-être de la population qui a tant souffert des affres de la mauvaise gouvernance politique, sécuritaire et socio-économique imputable au régime du Conseil National pour la Défense de la Démocratie- Forces de défense de la démocratie(CNDD-FDD).

Pour plus de détails Télécharger ici le rapport conjoint

APPEL A LA RESPONSABILITE ET A LA SOLIDARITE FACE AU COVID-19 AU BURUNDI

Face au fléau du Coronavirus qui déstabilise l’ensemble de l’humanité depuis quelques temps, les organisations de la société civile burundaise ont fait un appel à la responsabilité et à la solidarité face au coronavirus (covid-19) au Burundi. Ces dernières constatent que les mesures déjà prises par le gouvernement du Burundi sont tellement insuffisantes et parcellaires et visent essentiellement la riposte alors que des mesures drastiques s’imposent sur le plan de la prévention comme cela se fait actuellement dans les pays voisins et dans les autres pays du monde.

 

Pour plus de détails, Télécharger ici le document

Déclaration à l’occasion de la 11ème commémoration de l’assassinat de Ernest MANIRUMVA

A l’occasion de la 11ème commémoration de l’assassinat de Monsieur Ernest MANIRUMVA, Vice-président de l’Observatoire de Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques « OLUCOME », survenu le 09/04/2009, la Coalition Burundaise des Défenseurs des Droits de l’Homme « CBDDH », exprime sa grande déception face au déni de Justice dont les juridictions burundaises se sont rendues coupables.

La coalition déplore que depuis 11 ans, la justice burundaise s’est refusée d’instruire le dossier de l’assassinat d’Ernest MANIRUNVA et de dire le droit. Des boucs émissaires ont été condamnés, libérés ou maintenus en détention suite à une enquête lacunaire et un simulacre de procès.

Pour plus de détails Télécharger ici la déclaration

Go to Top